Vous naviguez en mode anonymisé, plus d’infos

J'ai compris !

Vous trouverez ici la navigation.

NOA est là pour vous aider et répondra à toutes vos questions 😀.

Fermer
Je suis Noa !

Le Lionbot de la Région Nouvelle-Aquitaine

Actualité

Tourisme durable : H64 démocratise la compensation carbone

Temps de lecture 5 minutes

La start-up H64 lance sa plateforme d’achat et de vente de crédits carbone. The Zero Fund permet aux entreprises et aux touristes de compenser leurs émissions de gaz à effet de serre. Lancée lors de la COP 27 en Egypte, la solution a été sélectionnée et mise en avant par le programme des Nations Unies pour le développement.

Publié le Jeudi 1 décembre 2022
  • #Solidarité
  • #Innovation
  • #Start-up
  • #Tourisme
  • #Environnement
  • #Particulier

Comment aider les entreprises du secteur touristique à atteindre la neutralité carbone ? Et comment impliquer directement les voyageurs d’affaire et les touristes dans la réduction des gaz à effet de serre ? Pour développer un tourisme plus durable, la start-up H64 a lancé son « fonds carbone », The Zero Fund : une plateforme d’achat et de vente en ligne de crédits carbone. De façon très simple et en toute autonomie, les entreprises (et au final les particuliers) ont la possibilité d’acheter des crédits carbone pour compenser les émissions de gaz à effet de serre provoquées par leurs activités (ou leurs séjours). De leur côté, les associations et organismes qui portent des projets vertueux peuvent vendre des crédits carbone et empocher directement des financements.

Ouvrir le marché du carbone

logo de The Zero Fund

Avec cette plateforme de mise en relation entre acheteurs et vendeurs, H64 démocratise l’accès aux mécanismes de compensation carbone. Ce fonds carbone s’adresse à trois grandes catégories d’acteurs, explique Jamil Benabdallah, cofondateur et dirigeant de la start-up. En premier lieu, la plateforme est ouverte aux porteurs de projets qui séquestrent du carbone. Menés par des associations, des coopératives ou des entreprises, ces projets vertueux pour le climat et l’environnement ont un bilan carbone négatif : ils retiennent les gaz à effet de serre. Il peut s’agir d’agroforesterie, de plantations de haies, de cultures biologiques, de tiers-lieux… Ces projets doivent obligatoirement être certifiés par le label bas-carbone du ministère de la transition écologique (ou des labels internationaux s’ils sont établis à l’étranger).

Là où auparavant, le marché carbone, réglementé en France, leur était difficilement accessible (avec la nécessité de passer par des intermédiaires aux commissions élevées), H64 propose une mise en contact et une transaction directe avec les acheteurs. « Les entreprises n’ont plus besoin de personne pour commercialiser des crédits carbone », résume Jamil Benabdallah. « Concrètement, la vente de crédits carbone va financer par exemple la transition d’une exploitation agricole vers le bio ou la reforestation », cite le dirigeant.

La compensation carbone

L’achat et la vente de crédits carbone (ou quota carbone) est un des moyens règlementaires utilisés pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et lutter contre le changement climatique. En Europe et en France, le marché est encadré. Un crédit carbone correspond à des émissions de gaz équivalant à une tonne de dioxyde de carbone. Cette unité de mesure a été fixée par le protocole de Kyoto, accord international pour la réduction des gaz à effet de serre, signé en 1997 et entré en vigueur en 2005. La compensation carbone est un levier complémentaire des politiques publiques mais elle n’est pas la seule solution. La Stratégie nationale bas-carbone, qui vise la neutralité carbone en France à l’horizon 2050, et la feuille de route Neo Terra, qui définit la transition écologique et énergétique en Nouvelle-Aquitaine, privilégient les solutions de réduction à la source des gaz à effet de serre.

Un tourisme zéro carbone

En second lieu, la plateforme de H64 s’adresse bien sûr aux entreprises qui souhaitent acheter des crédits carbone. « Ces entreprises ont déjà fait leur bilan carbone et ont mis en place des actions pour viser la neutralité carbone. Cependant, elles auront toujours des émissions résiduelles et peuvent compenser ces émissions en soutenant des projets locaux. »

Enfin, la plateforme de H64 permet aux particuliers de contribuer eux-aussi à cette compensation, avec une innovation : une solution de paiement en ligne qui peut directement être intégrée dans un site Internet tiers. Ce bouton de paiement a déjà fait ses preuves lors de la COP 27, organisée du 6 au 18 novembre 2022 à Charm el-Cheikh, en Égypte. Sélectionnée par le programme des Nations Unies pour le développement, H64 a été retenue pour créer en marque blanche un site Internet, zerocop27.com. Afin de compenser leur déplacement en avion et leur séjour en Egypte, les participants à la conférence internationale pour le climat ont pu acheter en ligne des crédits carbone auprès d’un grand projet d’agriculture durable en Afrique et au Moyen-Orient.

Sur ce même modèle B to B, la start-up, accompagnée par le Tourisme Lab Nouvelle-Aquitaine, devrait travailler avec de grands opérateurs du tourisme en Nouvelle-Aquitaine : la SNCF ou encore la Cité du Vin à Bordeaux. Basée dans les Pyrénées-Atlantiques, à Arudy et à la technopole Hélioparc de Pau, H64 est soutenue par la Région à travers l’appel à expérimentation TINA (« tourisme innovant en Nouvelle-Aquitaine ») pour lancer sa solution The Zero Fund auprès des entreprises du tourisme ou des grands organisateurs d’évènements. A l’origine spécialiste de la blockchain, la start-up créée en 2019 garantit la sécurité des achats et ventes avec cette technologie de traçabilité des transactions, obligatoire sur le marché carbone. La filière touristique est un premier pas : H64 ambitionne d’étendre sa plateforme à tous les secteurs d’activités.

Innovons aujourd'hui, Explorons demain