Vous naviguez en mode anonymisé, plus d’infos

J'ai compris !

Vous trouverez ici la navigation.

NOA est là pour vous aider et répondra à toutes vos questions 😀.

Fermer
Je suis Noa !

Le Lionbot de la Région Nouvelle-Aquitaine

Actualité

Bellot Minoteries, 1er moulin de Nouvelle-Aquitaine familial et indépendant

Temps de lecture 3 minutes

Avec plus de 233 ans d’existence, Bellot Minoteries - installée à Saint-Martin-de-Saint-Maixent dans les Deux-Sèvres - est l’une des plus importantes minoteries de Nouvelle-Aquitaine. Depuis 2019, elle est engagée dans un important plan de développement des compétences de ses salariés.

Publié le Mardi 27 décembre 2022
  • #Formation professionnelle
  • #Développement d'entreprise
  • #Entreprise

Friand de bonnes baguettes ou adepte des gâteaux faits maison? Il y a de grandes chances que vous ayez un jour mangé de la farine de chez Bellot Minoteries. Cette entreprise, installée dans un écrin de verdure à deux pas de Saint-Maixent au bord de la Sèvre Niortaise, produit 300 tonnes de farine par jour, avec du blé provenant de producteurs situés à moins de 70 km. Elle compte plus de 150 farines différentes, distribuées chez ses 650 clients (industriels, grandes et moyennes surfaces, boulangerie artisanale, épicerie, chaîne de boulangeries), dont celle, Label Rouge, utilisée pour la Mitronnette, baguette de sa création.
Son rayon d’intervention: toute la moitié ouest de la France, de Lille à Toulouse. Ce qui la classe comme le 3e moulin de Nouvelle-Aquitaine et le 1er à caractère familial et indépendant.

Un important plan de développement des compétences des salariés

Avec un chiffre d’affaires de 33 millions d’euros, cette réussite économique est le fruit d’une longue histoire de famille née en 1550.
Les aïeux meuniers-fariniers ont fondé en 1789 l’entreprise sur le site actuel de production. Louis-Marie, 30 ans, président de Bellot Minoteries, incarne la seizième génération.

L’entreprise n’a cessé d’investir dans son outil de production, au gré des innovations technologiques. Des investissements accompagnés d’un nombre croissant de salariés. Ils sont aujourd’hui 95 à travailler sur un rythme des 3 x 8. Cette masse critique a conduit en 2019 à de gros changements en matière de gestion de l’entreprise. "Nous avons entièrement revu notre organisation fonctionnelle, souligne Gaëlle Leroux, responsable des ressources humaines. D’un schéma très linéaire avec à la tête un responsable de production, nous sommes passés à un organigramme avec des délégations de responsabilités. Ce qui a conduit à la mise en place d’un important plan de développement des compétences au niveau de l’ensemble des salariés."
Une petite révolution dans l’entreprise. "Chaque salarié a été reçu en entretien pour connaître ses envies et besoins de formation. Une démarche innovante pour ceux qui n’avaient, jusqu’alors, jamais suivi de formation. À partir de là, nous avons construit ce plan."

Un engagement soutenu par l’OPCO et par une aide de la Région Nouvelle-Aquitaine de 28000 euros. "Sans celle-ci, nous n’aurions pas entrepris un projet aussi ambitieux." 59 formations, dont certaines diplômantes avec l’obtention d’un CQP (contrat de qualification professionnelle), ont été mises en place sur l’ensemble des postes. "Ce qui a permis pour beaucoup d’évoluer dans leur métier." Et les effets ne se sont pas fait attendre. "Depuis, les salariés sont en demande. On constate une meilleure appropriation et une meilleure compréhension, pour certains, de leur fonction dans l’entreprise. Ce qui joue sur la productivité et l’envie de venir tous les jours." Cette valorisation du personnel conforte aussi la fidélisation des salariés sur un secteur où la demande de main d’oeuvre est grande.
À l’heure actuelle, l’entreprise est en recherche de six personnes en production.

Innovons aujourd'hui, Explorons demain