Vous naviguez en mode anonymisé, plus d’infos

J'ai compris !

Vous trouverez ici la navigation.

NOA est là pour vous aider et répondra à toutes vos questions 😀.

Fermer
Je suis Noa !

Le Lionbot de la Région Nouvelle-Aquitaine

Actualité

Eco-Stock réchauffe l’industrie

Temps de lecture 5 minutes

L’entreprise corrézienne Tegulys vient d’inaugurer un système pionnier en matière de récupération et de réutilisation de la chaleur. Un procédé innovant, dont l’installation a reçu le soutenu de différents acteurs. Il lui permet un gain de productivité de l’ordre de 10 %, tout en diminuant de manière très significative ses émissions de carbone dans l’atmosphère.

Publié le Mardi 24 novembre 2020
  • #Économie circulaire
  • #Économies d'énergie
  • #Entreprise

Tegulys - Céramique et développement est implantée à Meymac depuis 4 générations. Cette entreprise qui fabrique des tuiles, et des accessoires de toiture pour le marché du bâtiment, utilise des fours qui produisent beaucoup de chaleur. Sa problématique était qu’une partie non-négligeable de cette dernière, environ 70 %, s’échappait dans l’air et était perdue.
Nicolas Ducros, le directeur de la société, en patron écoresponsable, cherchait donc une solution pour éviter cette déperdition et mieux, réutiliser cette énergie perdue dans son processus de fabrication notamment pour gagner en productivité sur le temps de séchage.
La solution a été trouvée et elle s’appelle Éco-Stock, une innovation développée par la société Eco-Tech-Ceram.

Economie circulaire

Ici, nous sommes dans une innovation technologique qui donne accès à une véritable économie circulaire. Il s’agit de capter, de stocker et de redistribuer cette chaleur dans les différents points clés des différentes étapes de production. 
Essentiellement adressé au marché industriel, le procédé éco-stock est empreint de logique. La chaleur des fours, plus de 1000 degrés, qui se dégage par la cheminée, est aspirée par de gros ventilateurs et dirigée vers une sorte de grande cuve, tapissée de céramiques réfractaires qui vont conserver cette chaleur, 600 degrés environ. Elle sera ensuite, toujours par un système de ventilateurs, dirigée vers une seconde cuve et réintroduite dans le processus de fabrication des tuiles, essentiellement dans l’espace séchage, permettant ainsi de réaliser un gain de temps, donc de productivité, donc d’argent.

Jusqu’à 20 % de baisse de consommation d’énergie

Éco-Stock est installé à l’extérieur des bâtiments, il fonctionne de manière totalement autonome. Pour l’entreprise, les gains financiers sont immédiats puisque l’économie réalisée par ce système finance le crédit-bail qui a été mis en place.
Les gains environnementaux sont également au rendez-vous puisque, d’après Nicolas Ducros, ce sont déjà 30 tonnes de CO2 qui ne sont pas, ainsi, parties dans l’atmosphère.
Antoine Meffre, le président d’Eco-Tech-Ceram, estime quant à lui que son procédé Éco-Stock peut permettre jusqu’à 20 % de baisse de consommation d’énergie entrainant de l’ordre de 50 000 euros d’économie par an et 20 % de gain de productivité et côté environnemental, jusqu’à 1000 tonnes d’émissions de CO2 en moins par an. Les déclinaisons industrielles sont variées. Il peut convenir à tout type d’industries et notamment, bien entendu, à celles qui utilisent beaucoup de chaleur comme la métallurgie, la sidérurgie, la céramique, le verre ou la porcelaine.

Verte et rentable

Initiée grâce la CCI de la Corrèze, l’implantation de cette innovation technologique au sein de l’entreprise TEGULYS à Meymac a reçu différents soutiens financiers comme celui de la Région Nouvelle-Aquitaine, de l’ADEME par l’intermédiaire de son Fond Chaleur doté de 350 millions d’euros pour cofinancer ce type de projets, ainsi que de l’accompagnement de la BNP. La fondation Solar Impulse est également de la partie. Pour le Suisse Bertrand Piccard, président de cette fondation et détenteur du premier tour du monde avec un avion fonctionnant à l’énergie solaire, cette innovation mise en application à Meymac dans l’entreprise Tegulys « est un véritable évènement historique en matière de nouvelles solutions protégeant l’environnement ». Dans un message vidéo diffusé lors de l’inauguration, il estime que c’est un évènement d’autant plus important « qu’il prouve à tous et notamment aux décideurs politiques que lutter pour la préservation de l’environnement peut être économiquement rentable, créer des emplois et amener des profits ». Éco-Tech-Ceram fait partie, selon lui, de ces entreprises innovantes en la matière avec son procédé Éco-Stock, et Tegulys en est une première étape qui devrait servir d’exemple à de nombreuses autres sociétés. Bertrand Piccard y voit en tout cas « un indéniable point de départ pour prouver que la technologie sait être une solution pour protéger la planète ». Selon lui, de grands groupes industriels français pourraient emboiter le pas de Tegulys et participer ainsi « à créer un monde d’énergies renouvelables, un monde où l’on ne gaspille plus ».

Innovons aujourd'hui, Explorons demain