Vous naviguez en mode anonymisé, plus d’infos

J'ai compris !

Vous trouverez ici la navigation.

NOA est là pour vous aider et répondra à toutes vos questions 😀.

Fermer
Je suis Noa !

Le Lionbot de la Région Nouvelle-Aquitaine

Actualité

Dans le Lot-et-Garonne, De Sangosse mise sur l’agriculture de demain

Temps de lecture 3 minutes

Spécialisé dans l’apport de biosolutions, le groupe De Sangosse, basé à Pont-du-Casse (47) accompagne au plus près les agriculteurs dans la mutation de leurs secteurs d’activité vers des modes de production durables.

Publié le Mercredi 26 mai 2021
  • #Agriculture
  • #Environnement
  • #Entreprise
  • #Laboratoire de recherche

D’une entreprise familiale agenaise à une entité internationale pesant 282 millions d’euros de chiffre d’affaires, la réussite de De Sangosse ne connaît plus de frontières. Sa présence aux quatre coins du globe à travers ses 23 filiales étrangères n’empêche pas la société de conserver un ancrage prépondérant en Nouvelle-Aquitaine.

En 2019, elle a de ce fait procédé à un investissement conséquent de 14 millions d’euros dans une nouvelle unité de production de 12 000 m² à la pointe de la modernité, sur son site historique de Pont-du-Casse en périphérie d’Agen. L’usine fabrique des produits naturels contre les limaces, l’un des savoir-faire emblématiques du groupe.

C’est en 1989 que l’entreprise a connu un tournant décisif dans son développement, lorsqu’elle a été rachetée par ses propres salariés – ils représentent à l’heure actuelle 74 % de l’actionnariat. Ce positionnement a permis la mise en place d’une orientation stratégique à long terme tournée vers les biosolutions, alternative écologique aux produits phytosanitaires.

Diffuseurs de phéromones et micro-guêpes

"Nous nous tenons au côté des agriculteurs dans une transition aussi bien durable que compétitive, visant à améliorer la qualité et les rendements, précise le directeur de la communication Christophe Zugaj. Notre approche englobe le cycle complet des cultures". Ainsi, les biofertilisants enrichissent la vie des sols. Les biostimulants renforcent la croissance des cultures. Le biocontrôle protège ces dernières contre les maladies et les insectes ravageurs. Les adjuvants optimisent les pulvérisations de produits. Ces processus sont accompagnés de modes d’action novateurs : diffuseurs de phéromones à installer dans les champs afin de limiter la reproduction des insectes nuisibles, drones survolant les plantations pour larguer des capsules remplies de micro-guêpes contre la pyrale… 

Un gros effort de R&D

De Sangosse n’hésite pas à se donner les moyens de ses ambitions. Christophe Zugaj précise : "Nos ressources sont orientées prioritairement vers l’innovation. 9 % du chiffre d’affaires sont investis chaque année dans la recherche et le développement. Un domaine qui emploie 11 % de notre personnel. Nous disposons de 9 laboratoires spécialisés à travers le monde. Rien que ces 3 dernières années, nous avons lancé 31 nouvelles spécialités".
Les biosolutions ne représentent encore que 8 % du marché, mais l’entreprise vise les 30 % à l’horizon 2030, dans le sillage des politiques environnementales plus respectueuses voulues par les gouvernements européens notamment. Sans oublier les attentes grandissantes des consommateurs en faveur d’une alimentation plus saine.

Innovons aujourd'hui, Explorons demain